[Test] Football Manager 2012 pour les Noobs

0

Je me souviens le temps où j’étais étudiant, lorsque je demandais à mes collègues d’amphi téléchargeurs s’ils avaient en stock Football Manager, et qu’ils me répondaient :

« C’est de la merde. A part des tableaux de stats, il n’y a rien. Mais je l’ai, je peux te le passer ».

« Pauvre fou, me disais-je en le remerciant.Tu ne peux pas comprendre ce que c’est que de se dire à 17h, Allez dernier match, et qu’à 2h du mat’, t’es encore en caleçon en train de jouer ».

Pourquoi est-ce si addictif ?

Tout d’abord, c’est un jeu qui ne demande pas une grande attention, dans le sens où vous pouvez faire autre chose en même temps. Vous pouvez donc suivre la télé, une discussion ou même aller remplir une tâche ménagère qu’on vous a confiée, sans perdre une miette du jeu et surtout sans trop vous faire engueuler.

Environ 1/4 du jeu se passe en écran de chargement, et encore avec les PC d’aujourd’hui, ça s’est beaucoup amélioré. J’me souviens, d’mon temps…

Evidemment, ce sont des micros chargements. Chaque jour, ou chaque demi-journée IG, de nouveaux évènements sont générés. Les plus longs ont lieu lors des trèves internationales, et durent de 30 secondes à deux minutes sur un PC plutôt bas de gamme. Il est possible pour les longs chargements de les exécuter en tâche de fond. Ce n’est donc pas rédhibitoire.

Vous pouvez jouer juste 10 minutes le matin avant de partir au boulot sans arriver (trop) en retard, ou toute une journée (si les potes avec qui vous avez l’habitude de jouer à SC2 ou FIFA vont fêter leur anniversaire chez leurs parents ou « ramasser des châtaignes » en forêt…)

Une durée de vie infinie

Vous pouvez recommencer ce jeu avec à chaque fois un objectif différent. Vous pouvez partir d’un club amateur et essayer de le faire gagner la LDC, soit viser simplement qu’on vous propose un poste de sélectionneur d’un pays pour gagner la coupe du monde, ou comme moi prendre le PSG, vous faire virer au bout de 6 mois, puis recommencer une partie avec un autre club.

Autre raison d’aimer ce jeu, Vous n’avez pas besoin de vous investir à fond pour gagner. Si gérer les entraînements ou matter les compo adverses vous soule, vous pouvez zapper ces aspects du jeu. Donc, que vous soyez un casu (au début, ahahah) ou un HCG (comme moi), vous ne perdrez pas forcément. S’en occuper n’est pas non plus gage de résultat. Bref, quelque soit votre niveau d’implication dans le club, le jeu restera jouable.

Enfin, ce jeu peut tourner sur n’importe quelle machine, avec certes, des temps de chargement plus longs mais une jouabilité intacte. Je vais encore faire mon vieux con, mais, plus jeune, les matchs ne se déroulaient pas en 3D, ni en 2D, c’était juste du texte à l’écran qui défilait. La 3D, somme toute assez moche, peut faire ralentir beaucoup les parties, surtout en multi. Donc, hésitez pas à passer en 2d. C’est plus Old School.

L’aspect le plus génial du jeu : les transferts

Un des points forts du jeu est sa base de données gigantesque comprenant les joueurs réels. Elle est d’ailleurs utilisée par quelques clubs anglais pour recruter de nouveaux joueurs (et ce n’est pas une blague). Dans ce flot de joueurs, et j’imagine, ce concentré d’intelligence, difficile d’en trouver un qui conviendra à vos espérances. Vous pouvez alors soit chercher la perle rare, en épluchant les stats de beaucoup de joueurs, soit demander à vos recruteurs d’en observer partout dans le monde. Ils vous feront un rapport assez complet tout au long de l’année : si le type trouvé est meilleur que votre joueur à la même position, s’il s’intégrera bien à votre équipe, s’il veut bien venir chez vous et à partir de combien, etc.

Certains pisse-froid diraient : « Je fais une partie à blanc, j’observe tous les joueurs du jeu et dans mes prochaines parties, je prendrais les meilleurs ». Bon, déjà, on ne fait pas une partie à blanc dans FM, c’est une insulte ! Les électeurs de Marine me diront que ça fera au moins quelque chose de blanc dans le jeu, mais je ne mangerai pas de ce pain-là.

Sur le fond de la remarque, je répondrai oui et non. Il est certain que certaines petites perles resteront des petites perles dans les parties suivantes, mais les recruteurs ne sont pas infaillibles, car ils possèdent aussi des stats de détection de joueur. Plus le type a des stats élevées, moins il se trompera, et inversement. Enfin, une perle quand vous entraînez Laval, n’en est pas forcément une pour le Real.

Une fois LE joueur trouvé, il faut faire une offre. C’est là que l’IA abuse un peu. Il n’est pas rare de devoir faire des offres 4 ou 5 cinq fois supérieures au prix du joueur avant que le club propriétaire accepte. Sur un jeune espoir, même si c’est relou, ça ne plombe pas tout le budget. Par contre, 35 millions pour Mandanda, faut pas déconner… Il faut donc être à l’affut des joueurs placés sur la liste des transferts, dans les équipes réserve des grands clubs, ou de bien vérifier les stats des joueurs proposés par les agents, pour de ne pas avoir à défoncer sa tirelire. Certes, ça marche comme IRL, avec la loi de l’offre et de la demande, les années de contrat restantes, mais certains chiffres sont purement hallucinants.

Supposons que votre offre de 40 millions pour Lucho Gonzalez soit acceptée. (Double Lol : Lol pour le prix demandé, et lol pour le choix de ce joueur), il faut lui filer un contrat, et surtout bien arroser son agent. Vous avez environ trois essais pour tomber d’accord avec. Si vous êtes seul sur le dossier et qu’ils acceptent, il vient chez vous, sinon, c’est rapé.

L’IA peut également vous faire des offres pour des joueurs et bizarrement, elle ne vous propose pas 4 ou 5 fois le montant évalué. En général, les clubs qui courtisent un de vos joueurs communiquent dans la presse leur intérêt, ce qui donne encore plus envie à votre poulain de partir. Et une fois que le conflit est engagé, faites-vous à l’idée qu’il ne restera pas longtemps dans vos murs, car il va foutre le bordel dans l’équipe et mal jouer. C’est là, que vous vous dites : « Je paye les joueurs 4 fois plus cher que leur valeur, je vais demander pareil à l’IA.»

Ben dommage, tout ce que vous arriverez à faire sera avoir une offre annulée et un joueur mécontent . Donc gardez bien en tête que dans ce jeu, c’est vous qui vous faites entuber sur les prix.

Le deuxième aspect le plus génial du jeu : les compo d’équipe

Les possibilités tactiques de votre équipe sont énormes. Si le choix des compos reste traditionnel, vous pouvez personnaliser votre style de jeu par beaucoup d’aspects. Par exemple, on peut avoir un 4-4-2 offensif à base de passes courtes, avec une ligne de défense très haute, exploitant toute la largeur du terrain, avec meneur de jeu, tacles légers. Difficile de toutes les citer.

Une fois les consignes d’équipes données, passons aux individuelles, et là encore, le casse-tête est de taille. Vos latéraux peuvent être des ailiers ou seulement des défenseurs latéraux. Vous pouvez choisir si votre attaquant est plutôt un attaquant de soutien, profondeur ou un renard des surfaces, et ainsi de suite avec tous les postes. Notez que certaines consignes d’équipe peuvent être individualisées. Pépé peut donc avoir sa barre de tacles tendant vers « tacles durs ». Imaginez le carnage…

Enfin, parlons rapidement du multi. On peut dire que les parties multi ne diffèrent pas du solo, dans le sens où une des équipes d’en face, c’est le(s) pote(s) assis à coté de vous (hot seat), ou à l’autre bout du monde (réseau habituel). Prévoyez du temps, car c’est très chronophage, et surtout mettez un temps limite d’action, car si vous avez des potes qui se prennent déjà pour Aimé Jacquet dans FIFA, vous risquez d’attendre…

Il n’y a donc pas de contenu additionnel pour le multi, et finalement, à quoi ça servirait ? On entraîne nos joueurs à capturer le flag situé dans le but adverse ? C’est pas con mais y a pas !

Pour conclure, les personnes qui ne connaîtraient pas ce jeu peuvent foncer dessus. Il est difficile de résumer tout ce qui est contenu dans ce titre et j’ai bien sûr dépassé les 1000 mots, mais vous avez là le meilleur jeu d’entraîneur, et peut-être l’un des meilleurs jeux PC sorti à ce jour. On pourra noter quelques microscopiques défauts, comme sur les transferts ou les conf’ de presse répétitives, mais c’est totalement gommé par le reste. Vous aimez le foot, cherchez pas. Ca va faire entre 10 et 15 ans que j’y joue, et le plaisir est le même à chaque fois.

Les + :

  • La base de données des joueurs est hallucinante
  • Les compos d’équipe sont ultra détaillées
  • La gestion des transferts
  • Sa durée de vie énorme

Les – :

  • Payer 50 € chaque année pour finalement avoir une mise à jour du mercato et quelques nouveautés (voir test pour joueurs avancés)
  • La 3D un peu moche

Les moins du pisse-froid :

  • L’IA toujours en train d’essayer de te pigeonner sur les transferts
  • Les conférences de presse où on répond la même chose à chaque match
  • Face pack non inclus directement dans le jeu
  • L’équipe d’Allemagne non officielle
Partager.

A propos de l'auteur

Fondateur du blog Fan de Jeux-vidéo, SF, Manga, comics, et milite contre les folles rumeurs d’une homosexualité de Batman.

Les commentaires sont fermés.