Homeland, LA série… surcotée

2

Homeland a été présenté dans les médias comme étant le nouveau 24. Ces connards de journalistes nous ont dit que c’était génial, que c’était plus psychologique, moins violent, etc. C’est surtout moins bien ! Et en fait, je ne pense même pas qu’il y ait de comparaison possible, tellement un fossé les sépare.

De 24, Homeland n’a hérité que de ses producteurs et du sujet du terrorisme. C’est peut-être une des raisons de ma déception.

Premier conseil, ne vous bloquez pas un week-end pour les enchaîner. Enfin si, vous pouvez, mais certains passages sont tellement chiants que vous hésiterez à lancer un nouvel épisode. Fini les, « le dernier et après j’arrête« . Vous vous demandez sincèrement si vous allez en relancer un.

L’histoire

021Un ancien marine roux est retrouvé dans une cave dans un pays où les voyages organisés ne sont pas chers en ce moment, type Afghanistan ou Irak. Il rentre en héros aux States, mais une fille complètement dérangée, accroc aux médocs et schyzo travaillant pour la défense des USA est sûre qu’il est un agent double bossant pour les terroristes islamistes. La question va être de savoir s’il l’est ou pas.

Dans l’idée, c’est plutôt bien. Dans la réalité, ça l’est moins. Pourquoi?

Tout d’abord, il ne se passe que peu de choses. On voit la difficile réinsertion du marine après avoir vécu des choses atroces. C’est bien fait, mais c’est du déjà vu (dans Brothers avec Tobey Maguire et Natalie Portman).

De plus, on devine à l’avance tout ce qui va arriver, et y a rien de pire dans une oeuvre, quelle qu’elle soit! Exemple : Un repas avec pleins de gens pour fêter le retour du sergent tourne mal, c’est grillé à 15000km. On se demande même si c’est pas marqué sur le carton d’invitation. On se demandera également comment les gens font pour accepter de revenir à leurs dîners car à chaque fois, soit y a de la baston, soit une grosse engueulade…

Mandy-Patinkin-HomelandEnsuite, sur l’intrigue principale, c’est lent. On avance à tâtons, on a quelques moments où l’intérêt est plus prononcé, mais dans l’ensemble, il ne se passe pas grand chose. On notera,  de plus, une grande différence d’intensité entre les épisodes. Certains sont chiants à mourir et d’autres plus accrocheurs. Mention spéciale à l’avant dernier qui tient vraiment en haleine. Mention merdique au dernier, qui ne donne même pas envie de voir la suite de la série. Ça tombe plutôt bien.

Les personnages

Déjà, arrêtons les personnages accrocs aux médocs. Sérieux! Ami scénaristes, je sais que pour vous, ça vous permet de combler des trous, mais ça devient insupportable. On sait déjà qu’on va nous ressortir les mêmes histoires que dans House. Peut-on être flic et être drogué? Cela nuit-il à nos compétences? Si les gens l’apprennent, je vais être viré… Blablabla. Renouvelez-vous franchement ! On sait qu’à un moment plus ou moins long, ce personnage n’aura plus de médocs et devra aller en désintox! C’est grillé dès le premier épisode.

20160523.jpg-c_160_213_0-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxAutre personnage relou, la fille du Roukmoute. Vous aviez détesté la fille de Jack Bauer? Vous détesterez également la fille de notre sergent. Si pour 24, vous coupiez le son pour juste reluquer cette jolie blonde (présente dans The Girl Next Door), dans Homeland, ça ne servira à rien, il faudra éteindre la TV tellement elle est moche. Bon, elle est un peu jeune, c’est vrai. Reluquer une fille de 15 ans… c’est répréhensible, mais, elle est majeure en vrai donc c’est bon !  Comme moi, vous vous énerverez lorsque l’accent sera mis sur elle, car c’est une vraie tête à claque!

L’héroïne, Claire Danes, est très bien jouée, on ne peut le nier, mais son personnage est insupportable. Ça s’explique évidemment par sa maladie, mais ça en devient pénible. Mis à part le sergent et Saul Berenson, tous les autres personnages sont lisses comme l’encéphalogramme de Mickael Vendetta. Et la qualité des personnages principaux est ce qui fait la différence entre le bon et le mauvais chasseur.

La femme de l’agent, à part être mignonne et la voir à poil, n’a pas grand intérêt, son amant non plus, les supérieurs hiérarchiques non plus. Bref, SansPersonnalitéLand.

Pourquoi les journalistes aiment la série?

Car c’est anti-guerre et pour un journaliste, dire que la guerre c’est mal, c’est un sacerdoce.

Car on critique l’armée US et l’état US, et ça un journaliste adore. Il est prêt à bouffer toute la merde que les US lui donne, mais les critiquer, c’est cool.

Car il ne se passe presque rien, et plus généralement, plus un film est chiant et plus il est encensé par la critique.

En conclusion

Si vous avez du temps à perdre, foncez, vous ne serez pas déçu, vous  perdrez votre temps ! Si vous jouez à Football Manager en même temps, foncez, vous serez plus happés par vos conférences de presse d’après match que de celle du Sgt Brody.

Si vous recherchez la perle rare, comme je le fais depuis Lost, passez votre chemin. Ça se regarde, mais ce n’est pas la série dont vous parlerez à tout le monde pour partager votre enthousiasme. Avec Homeland, vous ne pourrez partager que votre ennui et votre déception, dûe à la mauvaise promotion de la série.

Partager.

A propos de l'auteur

Fondateur du blog Fan de Jeux-vidéo, SF, Manga, comics, et milite contre les folles rumeurs d’une homosexualité de Batman.

2 commentaires

  1. jack booaarr le

    Juste pour dire que je ne trouve pas du tout la fille dont vous parlez moche, « la fille du Roukmoute ».
    Je vous trouve même particulièrement méchant, que cela fut vrai ou pas.
    Même si dans tous les cas la beauté est, en général, plutôt relative.
    Et vous comment êtes vous ? Très beau ?

  2. D’accord sur certains points.

    En revanche, on sait tous les deux que t’es très mal placé pour parler de mocheté !